La propriété, une notion à retrouver, autrement…

Puerta al cielo
Creative Commons License photo credit: *L*u*z*A*

la propriété est une notion qui doit encore se renouveler et évoluer …La propriété ce droit premier que certains ne peuvent s’empêcher de hurler pour dire combien il serait fondamental…

Inscription dans des patrimoines, nous allons pas à pas tenter de démonter ces mécanismes qui n’ont plus grande proximité avec le monde actuel et son espace socio-virtuel libéré peu à peu…

  • La propriété peut être conservé, … en certains points et pour certaines raisons, mais elle ne peut plus être cette notion prétexte qui fait perdurer non pas seulement des inégalités mais de véritables gouffres humains.

La notion d’héritage outrancier est aussi en cause; Régler le problème des origines de ces héritages et de leur « bon droit » (tribut de guerre ? compensation, extorsion ? tous les terrains et immeubles issus de faits d’armes ou pris par violence ne devraient-ils pas être revus comme des biens qui n’appartiennent pas … Les origines de ces propriétés sont cruciales.

Ensuite c’est aussi la différence entre les salaires les plus rentables et hauts face à ceux qui sont mal rémunérés… cette différence entre très haut et bas devrait selon un économiste, être d’un maximum de 20 fois !!! Chaque être humain « aurait alors une valeur » équivalente !

On dit que si il n’y avait eut de bons propriétaires actuels consciencieux, les plus belles propriétés ne seraient pas aussi bien conservées.. c’est vrai mais …

L’usage de la propriété terrienne est aussi un usage du territoire; Et le territoire devient trop petit; les paysages sont parfois totalement fermés/occultés par un droit de propriété privée…

(more…)

La LignEe … oui ces objectifs à long terme

La lignée, c’est comme un parcours qui montre les diverses technologies utilisées depuis leur mise en place, jusqu’ à ce qui se fait actuellement… La LignEe de SiZ c’est une série de projets plus ou moins existants, mais souvent conceptuels et non expérimentés. Proche d’actions ou d’installations, ces objets ou ces contextes créés servent une direction et une résolution volontaire:

ex: un véhicule pratique, partagé et électrique ou à motorisation à air comprimé … comment le mettre en place ?

un exosquelette, pour handicapé… ou pour améliorer et utiliser la marche comme déplacment principal et complet… prenant inspiration sur des produits réels: ainsi j’ai collecté une série de vidéos (youtube playlist); non seulement dans ce domaine mais dans beaucoup d’autres … ;)

  •  … la rédaction doit désormais être résumée, simplifiée et ne comporter que quelques lignes, car son texte actuel est beaucoup trop exhaustif et détaillé…
  • j’ai alimenté un temps ces supports, mais il semble que la diffusion ne se soit pas faite.. une méfiance ? un non-usage des outils ? une réticence à me critiquer ? .. ne pas savoir écrire ou être illisible ? Je n’ai pas les réponses mais cela m’a prouvé qu’il faut une sacré dose de « crédibilité » auprès du public pour faire avancer une machine pareil.. je note aussi les blogs et autres sites qui n’ont pas plus contribué à l’avancé de ce dossier, .. chacun s’occupe dans son coin de son petit ouvrage et .. (est-ce pour la gloire ???) d’être les « seuls » instigateurs sur le sujet ? est-ce dû à tout ça , 
  • les groupes développés sur Diigo.com

    ce sont des ressources de liens vers des sites précis et commentés, annotés aussi, et cet outils permet aussi la récupération de listes de thématiques choisies.

    C’est depuis ces projets que SiZ est capable dès aujourd’hui d’établir une série d’orientations utiles et curieuses, mis en place ensemble pour tous. Je vous les présenterai prochainement :

     

    sociétaux – techniques – énergies – transports – matériaux – structures

     

    le tout est supporté par une éthique et un cheminement sur ce que pourrait être une société idéale, et particulièrement le principe d’architecture sociétale.

    NOuvelles énergies ?

    En tant que  laboratoire ..SiZ-o a mit en place une veille technologique sur plusieurs fronts… Le lab c’est l’atelier de tests des outils de création d’énergies, et de  reproduire les machines qui « ont l’air » de produire de l’électricité.. seule la réalisation de prototypes nous donnera la possibilité de continuer et de partager ces technologies … d’apprendre à le faire soit même, à construire ensemble …

    Voir cette page qui recense une bonne quantité des auteurs/inventeurs et leurs machines/moteurs.

    Premières démarches simples

    Pour mémoire et garder en tête des éléments guide qui correspondent aux questions que peuvent se poser les lecteurs/futurs partenaires/coopérateurs:
    Brèves réponses en attente de précisions

    SiZ-o lab ?

    • Titre du projet
      • Implanter un laboratoire de recherches architecturales à Brest (labo. d’explorations et d’expérimentations architecturales et urbaines).
      • SiZ-o lab est un laboratoire effectif qui s’insère dans la ville de Brest en partenariat avec
        • la CCI, brest-métropole(BMO) et tout autre partenaire disponible. Ces institutionnels seront d’emblée impliqués par défaut puisque nous utiliserons des locaux/bâtiments actuellement disponibles mais qui sont murés, cloturés, en friche, en ruine, en démolition prochaine, en attente de location, et dont en général ils sont propriétaires sur les quelques terrains ciblés: en bref: inutilisés actuellement !
        • Les propriétaires privés concernant d’autres terrains d’expérimentations/implantations de projets seront donc aussi contactés.
        • des entreprises locales essentiellement dans les domaines des interactions élargies d’un lieu de vie autonome:
          • des énergies renouvelables (solaire/éolien/marée-motrice…)
          • des matériaux de constructions (ciment HP (ex Gueguiner), mat. isolation, terre-cuite, pisé/terre, chanvres/lins/laine, bois…)
          • des outils mécaniques et robotiques, de la petite motorisation électrique économique
          • des matériaux structurels (bambous, aciers notamment câbles, cordages, voilure, fibres de verre, autres fibres naturelles, bois, verre,…)
          • des transports urbains afin d’optimiser leurs parcours et leurs véhicules
          • des technologies innovantes, high tech, simulations et laboratoires de recherche de tous ordres
          • des logistiques agricoles, alimentaires, d’élevages urbains et d’épuration des eaux,  ainsi que des micro-fermes verticales
          • de l’aide sociale, à la construction collective …
      • et de vie humains, il se place en organisateur spontané des souhaits des habitants sur leur environnement, pour proposer d’enrichir tout lieu qui serait « pourrissant » ou intersticiel (NutriTopies). Il pose des interfaces d’accès aux services de la ville et aux annonces des particuliers (Modules d’Occupations Publics (MoP))
      • comme projets d’expérimentations de structures/couvertures/formes/plateformes qui permettent de ré-utiliser sous d’autres fonctions et formes ces lieux abandonnés.
      • ses savoir-faires/savoirs et crée donc une médiathèque/atelier/ressources/formations/conférences autant en construction, qu’en évaluations des produits qu’en usages possibles
        • sa particularité est de travailler sur la prospective d’une architecture sociétale et donc d’être aussi un conseiller sur les choix possibles de directions architecturales
        • elle utilise donc des simulateurs virtuels de démonstration de ses projets dans son process, et cela afin d’avoir toujours une communication optimale et comprise de ses démarches et du projet lui-même.
      • dont les statuts de droit naturel ne comportent qu’un volet comptable « taxes » sur les dons qu’elle reçoit.
        • En effet, elle a une politique de transparence et donne tous les tenants et aboutissants de l’argent qui y circule afin de prouver ses besoins et sa viabilité
        • le labo. est donc indépendant et ré-investit la totalité de ses dons dans ses projets et les besoins minimum en revenu de ses coopérateurs.
        • sa responsabilité est toutefois engagée par la rédaction de contrats moraux envers les propriétaires afin de leur rendre la parcelle dans un délai raisonnable au vu de leurs propres plans d’aménagement.
      • SiZ-o lab s’organise en centralisateur de ressources locales dans les domaines cités

    • SiZ-o parlera plutôt de bénéfices communs (BC) (l’IG étant basé sur l’efficacité institutionnelle et non une réalité efficiente), il crée un espace ouvert à tous les passionnés et entreprises qui souhaiteraient en apprendre plus sur une organisation épanouissante de notre société à travers une LignéE de projets élaborés dans ce but.
    • L’architecture développée par SiZ-o est sociétale (AS), elle inclue des synergies et des conclusions (à paraître)  qui sont fondamentales à l’édification d’une architecture vivante pour les habitants en proximité. Elle donne et rend le pouvoir aux personnes qui cherchaient à s’exprimer, à se loger, à travailler, mais qui ne trouvent que des bureaucraties limitatives.
      • Le cadre de SiZ-o est de dépasser la construction d’objets de rentabilité (immeuble de promotion) ou la simple représentation du pouvoir local (par des bâtiments publics ou des projets publics à visée électorales
      • SiZ-o instaure, dans sa marginalité entrepreunariale, une démocratie individuelle éthique.
      • Cette entreprise civile sera en association avec des agences d’architectures et les autres partenaires (paysagistes, techniciens,..) afin de ne pas avoir à gérer les procédures mais à se focaliser sur l’essence de ses projets: elle est transversale et orientatrice, en restant attentive et à l’écoute afin d’adapter le projet à toute critique ou remarques fondées

    Quels types de populations bénéficieront directement du projet ?
    Quelle est l’implantation géographique due projet ?
    A quel stade de développement le projet  » SiZ-o lab «  en est-il ?
    Quel défi vous reste-t-il à relever pour mener à bien ce projet ?
    Comment envisagez-vous de surmonter cette difficulté :

    Expliquez-nous concrètement comment ce projet fonctionnera :
    Quelles éventuelles solutions déjà existantes répondent à la problématique qui vous motive ?
    Avez-vous sollicité d’autres financements ? Avez-vous déjà acquis d’autres financements, si oui pour quel montant :
    Comment envisagez-vous de pérenniser votre projet ?

    IMPORTANT
    Montant global de votre projet :
    Dans tous les cas, quelle somme demandez-vous à l’Archipel des Utopies ?
    Au cas où vous seriez sélectionnés, à quoi précisément sera destinée cette somme ?

    A JOINDRE
    • L’autorisation signée par le responsable de la structure, de déposer le présent dossier.
    • Le C.V des membres de l’équipe précisant surtout l’expérience et la compétence dans le domaine qui fait l’objet du projet.
    • Le budget de l’Association de l’exercice actuel et le budget prévisionnel.

    Joindre éventuellement tous documents utiles (plaquettes, photos, articles de presse…).

    Répondez obligatoirement à chacune des questions.
    Evitez les réponses manuscrites, remplissez en ligne.
    Soyez le plus concrets possible.

    INFORMATIONS
    A remplir systématiquement
    Intitulé exact de la structure :
    Forme juridique :  » entreprise civile de cohésions mutuelles  »
    Nom du président ou du responsable : Laurent Puissant
    Adresse à laquelle vous faire parvenir le courrier :
    Tél : – Email :

    Personne en charge du dossier :
    Tél personnel : Email :

    Intitulé du projet :
    Résumé succinct du projet :
    Montant demandé à l’Archipel des Utopies :

    source

    extrait de http://www.archiutop.com/liredossier.html

    Synthèse du Dossier de présélection

    Le dossier lui-même est à remplir en ligne, après l’avoir téléchargé,
    et à renvoyer en 2 exemplaires avant le 1er octobre 2011
    par courrier uniquement
    à l’adresse :   L’ARCHIPEL DES UTOPIES   29 bd des Alpes – 38240 MEYLAN à vocation social et psychologique …

    Se doter d’une Architecture ..?

    Port Launay en Automne

    La Bretagne, terre de roches, de fougères et de mousse… ses chemins de contes et les rêves éveillés d’une nature florissante.
    Brest devrait développer une école d’architecture. Ainsi, aurait-elle le recul suffisant pour se regarder et pour intégrer son avenir.
    La ville de Brest a une architecture de l’économie, de la banlieue,  qui a soutenu une structure et une production industrielle de la reconstruction. Des bâtiments simples, sans décor, volumes simples et lisses, seule la façade présente une reconnaissance particulièrement plane et graphique, une nomenclature définie du plan.
    Des bâtiments qui ne sont plus aux normes actuelles d’isolation. La politique de la ville y est pratiquée au compte goutte, de remplir des zones de quelques boites de plus (voir le port de commerce…). Les zones s’étendent sur des plans d’urbanisme prédéfinis. En dépit de toute autre politique sociale: l’administration joue sur le terrain virtuel de la bureaucratie. Elle nie le terrain, encore plus le vivre de ses habitants.
    Une conception basique de l’urbanisme et de ses enjeux: créer des zones et des contournement autour des objets architecturaux- oops des blocs.

    Oui, Brest manque singulièrement d’une politique de la ville innovante… Oui, il faudra bien qu’elle se donne un dynamisme autre que la chance d’être au bord de la mer et d’y accueillir quelques scientifiques, d’avoir les étudiants du finistère. Cette ville a beaucoup de potentiels … (faudra-t-il un jour les énumérer ? )
    Une trop brève introduction pour commencer à parler d’architecture, de cette matière sociétale neutre mais “touchée” : créer des contextes vivables ou de sordides cases à habiter ?
    Nous parlerons d’architecture parce que c’est l’un des rôles premiers de SiZ-o :

    • sensibiliser et initier à ce savoir dans les écoles, les collèges, les lycées, les universités par des jeux simples de construction et de vocabulaires
    • ouvrir à des ateliers et conférences au public
    • que Brest dispose de son école d’architecture !
    • que le fourgon “Et Si…” soit aménagé pour servir de vrai bureau volant … aller d’un quartier à un autre expliquer son rôle et ce que nous pouvons faire ensemble…
    • alerter les élus sur la possibilité de mettre en évidence les lieux qui ne sont plus que des abandons de la ville : rendre ces lieux en dynamique temporaire, en transition vers une amélioration ou sa reproduction dans le quartier (en fait à proximité)
    • y créer ce que génère sa marginalité: une renaissance artistique ou un art d’être humain, voire des ateliers d’artisanat ancien.

    Je passai par là…
    J’alimente ce site afin de commencer à montrer mes projets. De fait les sortir des cartons: non pas une entreprise bonne à entrer dans les règles du système, type EURL mais bien une EC (entreprise civile) qui soit capable de répondre par la volonté des civils et des acteurs. Je dois pouvoir me rémunérer d’une partie des dons et de matériel, les lieux sont des prêts, des abandons, des ruines-je prendrai les miettes
    Je suis impatient de vous révéler ce que j’ai en stock, impatient que cela soit compris et se développe. Cette diffusion permettra l’expansion de SiZ.


    Creative Commons License photo credit: cathy breizh

    Article à màj _ organiser

    Cela deviendra une page.. pour présent un simple post qui donne des liens et des idées d’organisation:

    • un article sur un lieu dans lequel des chercheurs et autres entreprises viennent donner l’état de leurs avancées, dans des domaines similaires : c’est un point important: être à jour de ce qui se fait, bien sûr, chaque entrepreneur prend le temps de lire les revues pro, et +
    •  .. mais n’est-il pas plus simple pour un entrepreneur de rencontrer directement ses « concurrents » ?

    rencontres variées

    Oui, variées car différentes et parfois du même domaine: celui du partage.

    D’abord un billet de M Kermarec,  qui s’engage à vendre des e-books non DRM, dans sa librairie Dialogue, de Brest. Et l’un des organisateurs des scouts de France.

    Le lien ? Le partage des données pour tous et plus simplement, montrer son ouverture au monde. L’un vend des ouvrages  et utilise un magazin-bibliothèque, l’autre me parle du fait que nous pourrions mettre tous les sites éparses des scouts de Brest (quand il y en a ) sur un même portail et à chacun de voir jusqu’où se présenter. Mais le point crucial est de pouvoir être vu et retrouvé sur l’internet.

    Je parle comme ça de ces 2 personnes, mais il y en a d’autres, et plus nous aurons un aperçu large de ce qui se trame en têtes, et plus nous pourrons agir au bon endroit et dans ce qui nous convient le mieux. La librairie est un espace privé accueillant du public. Proche d’une bibliothèque mais avec des livres très à jour, cet espace peut devenir un endroit d’échanges augmentés encore. La proposition d’un rayon de livres d’occasion où chacun pourrait « se refaire » en partie en vendant un vieux livre pour en acheter un neuf en partie… D’autres pouvoir les lire moins cher… Aussi créer cet espace de discussions (oh on discute aussi en sous-sol, au café de la librairie..), mais là dédié e-books, en proposant quelques postes (ou des lecteurs numériques (e-books)) et qui pourrait utiliser donc des postes informatiques dédiés. reliés à internet, mettre en place des dossiers d’études partagées, des critiques ou des idées à développer, écrire des romans à plusieurs, donner des tuyaux sur un bouquin …

    Pour le site portail (ou une simple page accueil annuaire de liens…), ce sera plus simple. J’en parle parce que c’est sûrement l’occasion de se dire qu’il y a d’autres domaines qui cherchent à se mutualiser, mais qu’ils sont noyés sous les masses de sites identiques et professionnels, que l’annuaire les retrouve et cela n’ira pas plus loin. Or nous pouvons aller bien plus loin en ouvrant ces portes qui donneront accès à des retours, à des suggestions, à des travaux mutualisés, à construire à plusieurs avant même de décider lot par lot avec qui avancer un projet.

    Projets de mise en commun, non plus un pot pourri, un vrac mais la constitution de micro-communautés virtuelles locales, réelles. Toutes ont besoin d’être reconnues et de pouvoir figurer dans un système d’échanges. SiZ-o utilisera aussi des outils du web2, des outils simples et compréhensibles pour construire les liens nécessaires à réaliser.

    une réponse à un article d’il y a 6ans !

    J’ai retrouvé ceci, qui a trait à la politique , à l’économie sur le site de J Généreux…: http://jacquesgenereux.fr/news/une-raison-d-esperer#comment_12

    Comme ceci est le blog de SiZ-o lab , il y est possible de vous entretenir des fonds et ressources idéologiques qui ont fait mûrir cette prochaine Entreprise civile…

    AkoZ le Vendredi 10/12/2010 à 03:11

    M Généreux, j’ai été enthousiaste à enfin vous entendre sur les ondes nationales, celles de fr info. ! Oui car c’est enfin la démonstration d’une prise de conscience qui a passé des barrages: et là, celui des medias officiels !
    Bravo donc à votre chemin démonstratif.
    Je vous retrouve après ces années, comme d’autres qui n’ont pas baissé les bras !
    Continuez ! …
    PAr contre , et sans vouloir être de mauvaise augure, pour répondre à Catherine ci-dessus, je pense qu’il est vraiment temps de penser la démocratie, non pas comme elle est instituée actuellement (représentative (de qui ? de rien qu’une clique toujours plus angoissée d’elle même), non plus une démocratie athénienne, celle qui paraissait juste, mais sombrait dans des clivages et une oligarchie particulière (« tous les maitres du pouvoir ») …
    Non vous allez sans doute contribuer à forger une démocratie qui soit celle de l’effort de vivre ensemble pour tous !
    Je n’ai pas tous les outils, je ne veux plus y réfléchir parfois. Je ne veux plus d’une politique de billes et de pistolets ! Ils sont trop niais finalement.. dans un monde qu’ils étouffent de leur rêve de grandeur, dans ces idées de nation, de pays « libres » (oops ah non ça n’existe plus depuis .. jamais existé sauf en contrée lointaine des réseaux … et encore … quelques peuplades.
    Vous faites partie des gens qui peuvent constituer une vraie « tête » à l’organisation prochaine…
    Car oui, je considère toujours cette période ci comme celle d’une transition qui a bien avancé; elle va se terminer bientôt et il faudra alors penser à faire, à bouger, à se réunir pour construire autrement…
    Je parle d’une architecture sociétale dans un monde global, à dimension locale mais expressive.
    Je parle de créer des entreprises civiles (oh les citoyens ..quel vilain mot repris tant de fois …), cette EC qui contribuera à une joie collective de travailler ensemble, gratuitement, en retour de l’effort de chacun pour les autres…Tout est strictement à crédit maintenant, et ça ne ménera à pas grand chose de vouloir faire perdurer ce mensonge naïf.
    Quelques mots encore quand vous m’aviez dit que « l’EvoluVE  » ressemblait à du développement personnel, oui je vous en remercie, oui, un monde où chacun-e saura se développer, apprendra avec raison et bonheur dans la direction où il se sent le mieux se diriger …
    quelques mots encore: évolution – cohésion mutuelle – entreprise civile – transition – sens – projet commun – utopie – idéal … tout un petit tas de graines qui en vous germeront !
    Bien à vous Monsieur !
    AkoZ

    Bienvenue … !

    logo de SiZ-o labBienvenue !

    vous êtes sur le site de SiZ-o lab E²Au [laboratoire d'Explorations et d'Expérimentations Architecturales et urbaines] .

    C’est un laboratoire « du futur » en architecture, basé à Brest. Il va explorer de nouvelles et radicalement logiques conceptions des lieux, des bâtiments, un urbanisme ou tout moyen de transport individuel. Il est adapté et flexible

    • de par son organisation ouverte
    • solide par ses projets prototypes sans cesse améliorés.
    • Prospectives et  intuitions, idées nouvelles, matériaux, espaces, politiques, sustainable et autres facteurs de progrès social font partie de son vocabulaire.

    Pour mettre en marche une Architecture sociétale à travers ses réalisations et ses prototypes, ses expositions. C’est ainsi que SiZ-o compte dépasser le clivage rentabilité / intérêts généraux de proximité. Car il est fondamentalement générateur d’innovations autant techniques que sociétales par l’invention et la validation de contextes d’amélioration d’expressions et de relations entre les personnes dans la ville. Ses outils sont autant virtuels (représentations 3D immersive, cartographie sémantique, …) que réels par la mise en place de prototypes ou de produits novateurs sur des « ruines », des maisons qui vont être démolies ou des lieux abandonnés dans la ville. Ces abandons qui nuisent à la fluidité de déplacements seront temporairement réquisitionnées afin d’être remplacés par de vrais lieux nourrissants que SiZ-o concevra. Le fait que ces lieux soient laissés aux intempéries autorise la destruction ou l’adjonction sans contrainte formelle puisque le lieu est temporaire et voué à la disparition. L’un des challenges de SiZ-o est bien entendu de « re-mettre » en état de manière à utiliser, voire à créer de toute pièce un lieu qui ne sera pas détruit mais nourrit et enrichit. Seul le soutien d’une partie de la ville et des justifications de « mieux que prévu » pourront conserver les transformations. Agissant comme une sorte d’artiste institutionnel par son caractère collectif et d’entreprise, il va donner la chance à beaucoup de PME d’avoir en leur seing un pôle de recherche et développement dans leur secteur d’activité. Les résultats seront partagés et diffusés et jamais restreints afin de faire de ces lieux une source de retombées économiques, politiques et sociales hautement positives.

    • recherche de partenaires novateurs et souhaitant partager leurs mise en oeuvre autant que leurs technologies…
    • … industriels, artisans, acteurs institutionnels…
    1. rédaction des statuts d’une Entreprise Civile de cohésions mutuelles (ec²m) … voir la page « des règles internes au statut« 
    2. investir les lieux abandonnés et leur donner un sens:  jardins hydroponiques en vitrine, hôtels provisoires, habitats précaires… aides aux SDF .. mais aussi lieux définitivement utilisables pour expérimenter sans danger du public … car ils seront de toute façon détruits
  • définir des contrats type pour faire cela, et pouvoir aussi sécuriser, et donc faire visiter les lieux et les produits qui seront utilisés sur les bâtiments provisoires.
  • Réquisitionner agrandit l’espace public d’expressions !

    Ensley mixerJuste quelques copies d’extrait de loi:

    …Plusieurs préfets ont réquisitionné des salariés afin d’éviter les blocages. Quelles sont les conditions nécessaires pour qu’un préfet puisse réquisitionner du personnel gréviste ? L ‘article L. 2215-1 4° du Code général des collectivités locales est invoqué. Il stipule qu’ »en cas d’urgence, lorsque l’atteinte constatée ou prévisible au bon ordre, à la salubrité, à la tranquillité et à la sécurité publique l’exige et que les moyens dont dispose le préfet ne permettent plus de poursuivre les objectifs pour lesquels il détient des pouvoirs de police, celui-ci peut, par arrêt motivé (…) réquisitionner tout bien ou service, requérir toute personne nécessaire (…) jusqu’à ce que l’atteinte à l’ordre public ait pris fin ou que les conditions de son maintien soient assurées ». Cette disposition légale est extraite de la loi sur la sécurité intérieure du 18 mars 2003 que Nicolas Sarkozy a fait voter par le Parlement en sa qualité, à l’époque, de ministre de l’intérieur. …Le juge administratif contrôle la mesure de réquisition et peut la suspendre en référé si elle n’est pas justifiée, ou se révèle excessive, dans le cadre du contrôle de proportionnalité. Si le juge constate que d’autres moyens pouvaient être recherchés, ou que la réquisition porte sur une durée ou un nombre de travailleurs excessifs, l’arrêté sera suspendu. pub: lemonde

    Autrement dit, la possibilité existe d’être réquisitionné, et par la même un lieu pour un but général et précis, mais cela peut surpasser le droit de la ville… même si cela ne concerne ps au départ un lieu mais des personnes: contacter un préfet… ;)

    • un autre article datant de 2010, depuis un labo urbain souligne sur les friches urbaines :
    • La pérennité de cette fonction transitoire, dépend de facteurs exogènes sur lesquels les artistes et les collectifs n’ont qu’une faible prise. « Les acteurs validant le degrés de légalité et d’acceptation de ces expériences d’urbanité non planifiée sont les propriétaires, publics ou privés de ces espaces. Sur les bases d’un accord tacite avec les locataires de fortune, ceux-ci peuvent tolérer, voire soutenir, ces initiatives pendant un temps, via des loyers bon marché ou encore par une convention d’occupation précaire. »
    • moindre coût d’étude pour la municipalité par une expérimentation adaptée…
    • lieux évolutifs ou surgit une urbanité non planifiée ayant une activité intéressante et dont on ne peut plus nier l’existence ni l’importance au sein des villes.
    • « la préoccupation pour l’espace en friche bascule vers une vision moins défavorable, associée à une diversification fonctionnelle de la friche qui devient alors une opportunité en tant que potentiel foncier. La vision de la friche est passée de celle de « punition » à celle « d’opportunité » et de celle « d’enjeu » à celle « d’action

    • Creative Commons License photo credit: Dystopos
    « Page précédente